Compte-rendu de lecture : « Par-dessus bord », De(s) générations n° 25, 2016

304-649-thickbox

Jonathan Louli, compte-rendu du dernier n° de la revue de(s)générations, intitulé « Par-dessus bord », en date de juillet 2016

Compte-rendu disponible à l’adresse suivante : Lectures

Présentation du numéro sur le site de la revue : de(s)générations n°25

Auteurs : Véronique Bergen, Grégoire Chamayou, Alexandre Costanzo, Julien Coupat, François Cusset, Nicolas Daubanes, Guillaume Greff, Éric Hazan, Manuel Joseph

Ce que signifie « la droite », comme principe de gestion d’un pays, nous apparaît à tous comme étant relativement clair, comme est clair l’horizon politique, symbolique et idéologique qu’elle soutient. Mais qu’est-ce que « la gauche » ? Et quels sont au juste son rôle, sa fonction dans ce paysage ? En s’attachant notamment à ces quatre dernières décennies ou plus particulièrement au cours de ces dernières années, n’importe lequel d’entre nous peut tirer quelques conclusions simples, objectives, et du coup proposer une définition. La gauche, c’est la droite. Mais c’est la droite qui porte un autre nom : elle fait semblant. Si elle porte un autre nom, c’est parce que sa fonction historique a toujours consisté et consiste, aujourd’hui encore, à trahir en provoquant au passage toutes sortes de découragements. Inutile donc d’aller courir toujours plus à gauche ou bien alors un peu moins, ce qu’on appelle la gauche est tout simplement cet autre nom de la droite qui se propose de faire avaler aux pauvres le même monde avec, en supplément, le goût de la trahison. Une fois ce constat trivial établi, il ne nous reste donc plus qu’à la jeter par-dessus bord, et avec elle le monde pathologique qu’elle défend. Car il y a bien un moment où l’on ne peut plus croire ce qu’on nous raconte et où l’on ne veut plus être parlé par ces gens. Et c’est, en réalité, un moment heureux puisque nous devons alors compter sur nos propres capacités pour définir le monde.

Ce numéro 25 de De(s)générations, comme ce sera le cas pour celui qui va suivre, propose donc de congédier cet horizon pour assumer une autre description de la situation : en écoutant les paroles de quelques Roms ; en revenant sur la chasse qui est faite aux pauvres ; en regardant du côté de certaines luttes, soulèvements ou l’expérimentation de nouvelles formes de vie ; en s’attachant à l’histoire d’un berger tunisien ou à la façon dont Rosa Luxemburg, il y a près d’un siècle, regardait les arbres, les oiseaux, des pierres ou le ciel tandis qu’elle était en prison. Ce faisant, nous pourrons partager d’autres évidences en commençant simplement par dire ce à quoi nous tenons. Philippe Roux
Sommaire

Véronique Bergen  : Paroles de Roms
Manuel Joseph  : Mais c’est fini, ça. C’est fini.
Grégoire Chamayou : La chasse aux pauvres
Julien Coupat & Éric Hazan  : Pour un processus destituant : invitation au voyage
Éric Hazan, dialogue avec Philippe Roux : Il faut se mettre au boulot !
François Cusset  : L’assomption du conflit, entretien avec Philippe Roux et Gaëlle Vicherd
Philippe Roux : L’irruption du berger, Carthage et Virgile à l’époque du capitalisme absolu
Alexandre Costanzo : Les lettres de prison

Iconographie :
Nicolas Daubanes
Guillaume Greff

Langue : français
Date de publication : juillet 2016
Format : 14,8 x 21 cm
Nb de pages : 96
Poids : 144 g
ISBN : 978-2-35575-265-0
ISSN : 1778-0845

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s