Chronique d’actualité : « LE JT DE SOCRATE – Loi travail : où est le « terrorisme » ? »

a4240219613_16

Jonathan Louli, août 2016, « Loi travail : où est le « terrorisme » ? », sur Nonfiction, dans une chronique de la série Le JT de Socrate

Dans ce 3e numéro, « Le JT de Socrate » (*)  chausse les lunettes de Karl Marx, analyste de la révolution française de 1848, pour saisir le sens obscur de certaines réactions politiques et médiatiques au mouvement social contre la loi travail, manifestement outrancières. D’un Gattaz alarmiste (MEDEF) ou d’un Martinez inflexible (CGT), des « casseurs » encagoulés ou des forces de l’ordre régulièrement prises en flagrant délit de violence abusive, des groupuscules autonomes qui renouent avec la violence politique ou des grands médias qui distillent la peur sans retenue : qui sont vraiment les « terroristes » ?

Chronique disponible à l’adresse suivante : Nonfiction

Compte-rendu d’ouvrage : Claude Didry, « L’Institution du travail. Droit et salariat dans l’histoire »

9782843032646fs

Compte-rendu de lecture : Claude Didry, L’institution du travail. Droit et salariat dans l’histoire, Paris, La Dispute, coll. « Travail et salariat », 2016, 244 p.

Résumé : « Claude Didry, sociologue, directeur de recherche au CNRS et directeur de l’IDHES-Cachan, développe depuis plusieurs années une sociologie historique du droit du travail, de l’innovation, du dialogue social et des restructurations d’entreprises. Avec le présent ouvrage, publié dans une collection animée par Bernard Friot, Claude Didry questionne la constitution de notre notion de « travail », à travers une sociologie historique des principaux dispositifs législatifs et juridiques qui l’ont instituée depuis la Révolution Française »

Compte-rendu disponible à cette adresse (Lectures)

Actualité du XIXème siècle

images
Compte-rendu : Emmanuel Fureix, François Jarrige, La modernité désenchantée, La Découverte 2015, 390p.

Compte-rendu disponible à l’adresse suivante : La vie des idées

Résumé :

Le XIXe siècle a longtemps été tenu pour le siècle du progrès. L’historiographie récente est plus attentive à ses contradictions et à ses aléas. Deux historiens proposent une histoire de l’histoire du XIXe siècle, illustrant la manière dont notre société se regarde elle-même.